Témoignages d'anciens élèves

Alice CHAUVELOT - Ancienne étudiante en Master 1 Droit et Management de la Culture et des Médias
Actuellement étudiante en Diplôme d’Études Supérieures Spécialisées en Gestion des Organismes Culturels à l’école des Hautes Études Commerciales de Montréal

Mon année d’étude en Master 1 « Droit et Management de la Culture et des Médias » effectuée à l’IMPGT m’a été extrêmement bénéfique, tant sur le plan académique que professionnel.

En effet, cette formation m’a permis d’aborder et de comprendre les particularités de la gestion dans le domaine des arts, tout en m’apportant des connaissances générales en management, dont l’univers et le langage m’étaient alors totalement inconnus. J’ai pu acquérir ces connaissances grâce aux savoirs de professeurs compétents et pédagogues, qui n’hésitent pas à aider et conseiller les étudiants.

De plus, ce Master m’a offert l’opportunité d’appliquer ces bases solides, acquises pendant l’année, « sur le terrain », par la réalisation d’un stage de longue durée, et qui plus est dans une structure passionnante que représente le Grand Théâtre de Provence. Ainsi, l’IMPGT donne l’occasion à ses étudiants d’allier la théorie à la pratique, de relier monde universitaire et monde professionnel, ce qui favorise un meilleur apprentissage et la constitution d’une expérience professionnelle.

Enfin, mon passage à l’IMPGT a certainement contribué à m’ouvrir les portes de l’école des Hautes Études Commerciales de Montréal, où je termine actuellement mes études, pour un Diplôme d’Études Supérieures Spécialisées en Gestion des Organismes Culturels.

Je suis donc ravie d’avoir pu poursuivre cette formation de qualité, pour tout ce qu’elle m’a appris et m’a permis de réaliser. Plus important encore, ce Master a confirmé mon désir et ma motivation à travailler dans ce domaine,  alors que le contexte actuel soulève de plus en plus d’obstacles et de défis pour les futurs managers de structures culturelles.

Mathis HACCOUN - étudiant
Licence Management Public - promotion 2010 à 2013

Avec l’IMPGT, j’ai acquis les fondamentaux pour comprendre les organisations publiques et privées, puis j’ai pu, à travers la mobilité et les stages, développer mon expérience professionnelle et mon employabilité. C’est avant tout le cadre intime de l’IMPGT et l’appui des professeurs et du personnel administratif qui rendent cette formation exceptionnelle. Le programme, pour un niveau post-bac, est très opérationnel et bien adapté à la réalité du monde du travail. L’obligation de stage dès la première année d’étude est une innovation sans précédent dans le milieu universitaire, elle se retrouve généralement au niveau Master dans les formations classiques. Grâce à ce programme, lors de la Licence 1, j’ai fait un stage à l’Ambassade de France à Rome au service culturel pour le management de projets pendant 3 mois. J’ai ensuite, lors de ma deuxième année, eu la grande chance de participer au programme Erasmus en Espagne en partenariat avec l’Université de Murcia pendant 6 mois. J’ai ensuite rejoint la Chambre de Commerce International à Buenos Aires en Argentine pour un stage de 3 mois pendant l’été, une fois encore en Ambassade. Lors de la Licence 3, j’ai pu intégrer le programme d’échange CREPUQ à l’Université de Sherbrooke au Canada pendant 6 mois, où j’ai validé une spécialité en Administration des Affaires et j’ai fini ma Licence avec un stage de 4 mois en Thaïlande à Bangkok auprès d’un cabinet de Consulting international spécialisé dans la gestion du développement durable et de la RSE. Grâce à ces expériences, je parle couramment italien, espagnol et anglais. En seulement trois ans d’étude, j’ai pu réaliser toutes ces expériences et bâtir mon projet professionnel très rapidement. Au niveau de la licence, c’est sans aucun doute une formation de premier choix. L’enseignement pluridisciplinaire permet de développer ses capacités pour faire face à une grande diversité de missions. Je crois que c’est un cursus très compétitif qui nous offre une vraie boîte à outils du gestionnaire, public ou non. Récemment diplômé de la Licence promotion 2010-2013, je suis aujourd’hui étudiant à la Sorbonne en Master de Relations Internationales (MRIAE).

Sarah LAGACHE - Stagiaire chez l'Oréal Luxe, Paris France
DEUG en Management Public - promotion 2011-2012

J’ai suivi le cursus de Management Public  pendant deux ans, suite à mon baccalauréat. Ces deux années furent marquées tant par la richesse du programme que par les opportunités qui m’ont été offertes grâce à l’IMPGT. J’ai très vite compris les enjeux de la formation : un parcours universitaire pluridisciplinaire de qualité jumelé avec un programme d’insertion professionnel adapté à chaque étudiant. Grâce à cela, dès ma première année  j’ai  réalisé un stage au sein de la région PACA, qui a ensuite débouché sur un emploi saisonnier. L’IMPGT c’est également des professeurs et des étudiants engagés. Cette grande proximité qui m’a aidé à concrétiser mes projets. J’ai pu partager mes ambitions tournées vers l’international et pendant la seconde année d’étude je réalisais un ERASMUS  de six mois en Espagne, suivi d’un stage de trois mois à New York (auprès des Nations Unies). Aujourd’hui j’occupe des fonctions de commercial au sein du Groupe L’Oréal pour la division Luxe. Si j’ai réussi à faire valoir mes compétences professionnelles et personnelles aussi rapidement, c’est grâce à l’IMPGT. Une formation où l’étudiant est placé au centre des préoccupations, une véritable famille qui m’a permis d’élargir mes ambitions et concrétiser mes projets.

Lamine BADJI - Responsable Service Développement Durable, Mairie des Ulis
Master 2 Management de la Qualité et du Développement Durable-promotion 2010-2011

Je suis un ancien diplômé de l’IMPGT. J’ai pratiquement fait tout mon cursus à l’IMPGT en d’autres termes de la licence 2 au Master 2. J’ai fait mon stage de fin d’études de 6 mois à la DOTC direction opérationnelle territoriale du courrier des Bouches-du-Rhône. En effet ce stage est parti d’un projet de l’école et qui a débouché sur un stage. Lorsque j’ai fini le stage au mois de septembre je me suis mis à la recherche d’un premier emploi. J’ai postulé durant au moins 3 mois. C’est au mois de décembre que j’ai été recruté à la Mairie des Ulis (dans l’Essonne) en tant que Responsable du service Développement. C’est un contrat d’une durée d’un an renouvelable bien entendu. Aujourd’hui je pilote l’Agenda 21 et d’autres projets transverses en lien avec le développement durable.

Olivier REYNAUD - Coordinateur de Projet sur la mise en place de l’Aire Marine Protégée des Iles Barren, à Madagascar, Blue Ventures
Master 2 Management de la Qualité, gestio de l'Environnement et du Développement Durable-promotion 2009-2010

Suite à mon diplôme de l’IMPGT, obtenu il y a 2 ans, j’occupe le poste de Coordinateur de Projet sur la mise en place de l’Aire Marine Protégée des Iles Barren, à Madagascar. Je travaille pour l’ONG Blue Ventures, une organisation de conservation marine qui oeuvre avec les communautés côtières à Madagascar et au Belize, dans le but de préserver la biodiversité, d’instaurer une gestion et une exploitation durable des ressources halieutiques, et de pérenniser les modes de vie locaux traditionnels.

Ma mission se situe à Maintirano, sur la côte ouest de Madagascar, ou nous sommes sur le point d’officialiser la création de ce qui deviendra la plus grande Aire Marine Protégée de Madagascar. Elle englobe l’archipel des Iles Barren ; 9 ilots qui reposent sur un immense système récifal d’une diversité et d’une santé exceptionnelle. On y trouve plus de 50 espèces classées comme menacées sur la liste rouge de l’IUCN (tortues, cétacés, oiseaux marins…) ainsi que des stocks considérables de poisson pélagiques qui sont d’une importance décisive en termes de sécurité alimentaire au niveau régional.

Néanmoins ces richesses sont à l’heure actuelle sévèrement menacées par la croissance démographique et l’effort de pêche associé (surexploitation), le non respect des réglementations, la pratique d’activités destructrices et les activités extractives industrielles.

La stratégie principale de BV repose sur la création et la gestion d’Aire Marines Gérées Localement, et donc sur le renforcement des capacités des communautés locales, et la responsabilisation des parties prenantes. Dans les pays en développement tels que Madagascar, le manque de moyens et d’infrastructures complique considérablement la mise en place et la gestion de projets, et afin de contourner ces difficultés il est nécessaire que les projets de conservation soient gérés par les communautés elles-mêmes. Cela favorise la viabilité des initiatives sur le long-terme, participe à la formation des futures générations de gestionnaires locaux, et facilite grandement la définition, la mise en place et le contrôle de ces programmes de préservation de l’environnement.

Les problématiques rencontrées sont très variées et la mise en place de ces Aire Protégées vise entre-autres à lutter contre les pratiques illégales (utilisation de bouteilles ou de poison pour la pêche), à réguler l’exploitation des ressources par la mise en place de réserves communautaires permanentes et temporaires, et à structurer une forme d’organisation locale de façon à assurer la prise en compte des intérêts locaux lors d’investissements étrangers (mines, exploration pétrolière…).

Blue Ventures effectue des recherches scientifiques, qui participent à l’élaboration d’approches de gestion « top-down » grâce a l’information des autorités nationales et l’implication d’acteurs internationaux, mais l’essentiel de notre travail se déroule sur le terrain. Cela comprend de la sensibilisation et de la formation, la consultation de toutes les parties prenantes pour la création et le suivi d’aires protégées, l’intégration des communautés de pêcheurs dans les programmes de suivis écologiques et de recherche, et le développement de projet d’écotourisme et d’aquaculture communautaire afin de financer les initiatives de conservation sur le long-terme.

Blue Ventures est une ONG jeune et dynamique dont la pertinence de l’approche et la valeur des résultats obtenus sont reconnus au niveau mondial. Elle réserve a ses employés des missions très intéressante en nous fournissant d’emblée de très large responsabilités (2 an après l’obtention de mon diplôme à l’IMPGT , en tant que coordinateur de projet, j’assure l’orientation stratégique, les finances, le recrutement, les relations locales et internationales etc…) et je suis responsable d’une équipe d’environ 25 personnes actuellement.

Pour plus d’informations www.blueventures.org, et en ce qui concerne les Iles Barren en particulier http://blog.blueventures.org/category/madagascar/maintirano/ .

Claire AZEMA - Attachée Territoriale au sein de la Direction des Affaires Juridiques et du Contentieux du Conseil Général de la Haute-Garonne
Master 2 Management Public/Droit et Management Collectivités Territoriales- promotion 2009-2010

"Suite à quatre années de droit suivies à l’université des sciences sociales de Toulouse (parcours droit public), j’ai eu la chance d’être acceptée au sein du Master II Droit et Management public des collectivités territoriales proposé par l’IMPGT. Souhaitant intégrer la fonction publique territoriale à la fin de mes études, mon choix s’était effectivement rapidement tourné vers cette formation qui présente une particularité intéressante, puisqu’elle propose à ses étudiants  d’acquérir une double spécialité : droit public et management public. Or, dans la perspective de passer le concours d’attaché territorial et consciente de l’environnement changeant des collectivités territoriales, qui doivent rapidement s’adapter, il m’a semblé indispensable d’acquérir les notions de management public nécessaires à un futur cadre de la fonction publique territoriale.
La modernité des cours proposés par ce master  II m’a très vite séduite et je n’ai pas été déçue du contenu durant l’année. Les cours de management public, tels que « Méthodes et Outils de gestion des collectivités territoriales »,  « Gestion du changement dans les organisations publiques » ou encore « Gestion de l’usager client » par exemple, m’ont permis de prendre beaucoup de recul par rapport à ma spécialité en droit public et de m’ouvrir les horizons.  Peu de masters proposent aujourd’hui une formation complète en matière de management public à des étudiants en Droit. L’IMPGT constitue donc pour moi un institut d’avenir et j’encourage vivement les étudiants en Droit à regarder de plus près ce qu’il propose.
Après l’obtention du diplôme, j’ai réussi le concours d’attaché territorial de la session 2010 et j’ai été embauchée rapidement au sein de la Direction des Affaires Juridiques et du Contentieux du Conseil Général de la Haute-Garonne."

Coraline HERNANDEZ
Licence de Management public - promotion 2009

Une Licence en management public, à quoi ça sert ?  Lorsque j’ai commencé ma formation à l’IMPGT après un bac scientifique, j’ai découvert un monde nouveau.
La Licence m’a permis de comprendre les différents métiers de l’entreprise (marketing, finances, RH, comptabilité…) et leurs spécificités dans les organisations publiques.
Mais au-delà de cela, l’IMPGT c’est aussi une ouverture d’esprit et une place laissée aux débats, un cadre d’apprentissage formidable, un engagement envers la société d’aujourd’hui et de demain. Et bien sûr, on ne saurait parler de l’IMPGT sans mentionner IMPACT, son association étudiante, qui met toute son énergie au service de vos week-ends et de vos soirées !
Parce qu’il y a aussi une vie après l’IMPGT, j’ai complété ma formation par un Master en management international à l’IAE de Lyon, une année d’alternance à la SNCF et une année d’échange au Danemark. Aujourd’hui, je suis un Mastère spécialisé en management urbain et immobilier à l’ESSEC dans le but d’engager une vie professionnelle au service de la relation entre la ville, les entreprises et collectivités publiques.

Sarah AKEL
Master 2 Qualité

J’ai choisi l’IMPGT car le Master associé correspondait à ce que je voulais faire c'est-à-dire mêler la Qualité, la Sécurité et l’environnement.
Pour ma part j’ai trouvé facilement, à la suite de mon stage l’entreprise a souhaité m’embaucher.
Le conseil que je pourrais donner est qu’il faut s’accrocher les deux ans de master, même si toutes les matières ne sont pas à notre goût il faut les suivre comme les autres car c’est toujours un plus surtout en entreprise.